Critique Artificial Girl 3

Publié le par Spawn

Sortie en 2007 par le studio Illusion, Artificial girl 3 ou AG3 pour les intimes est un H-game a l'ancienne, pas de scénario un but on ne peut plus clair : Avoir une ou plusieurs filles dans la "poche ". Mais la n’ait pas le sujet, car comme je l’ai dit a l’accueil les H-games n’ont pas forcement de scénario (et oui le monsieur qui dormait au fond, ça sert de savoir lire ^^).

Trois grands points fait le caractère de ce jeu.

Dans un premier temps, son graphisme, mignon (manga) et réaliste à la fois, ce n’est certes pas un blockbuster comme Fallout 3 ou autre, mais il a le mérite de ne rien envier à ces derniers. Pour un jeu sorti en 2007 il offre tous de même des textures relativement fines et il utilise la technologie DirectX9, mais ne l’exploite pas à fond pour autant, pour les possesseurs de Nvidia vous pourrez modifier la qualité du jeu dans le panneau de configuration Nvidia (cf. Guide). Les résolutions 16 :9 et 16 :10 n’ont malheureusement pas été de la partie, ce qui ne dérange en rien, car l’interface s’adapte en mode fenêtré (cf. Guide). Je mets quelques screenshot  avec ma configuration (d3d9.dll plus amélioration dans le panneau de configuration Nvidia) :

        

Dans un deuxième temps la création des filles (Ouaiiiiiiiii !! Enfin !!) Sur ce point, il y a de quoi écrire et vous allez le constater par vous-même.
Premièrement, le visage peut être modelé à volonté, vous pourrez créer n’importe quelle représentation d’une héroïne de manga que se soit la forme des yeux, de la bouche, du nez, la coupe de cheveux, la largeur de la mâchoire,  la longueur du nez et j’en passe. Vous pourrez également créer des « monstres », mais la faut consulter. La couleur des yeux, des lèvres et des cheveux pourra être changée à votre gout aussi. Deuxièmement, la poitrine de celle-ci, il y en a pour tous les gouts, de la planche à pain aux obus de 45, du téton (et ça te fait marré ?) discret à l’impact d’une chevrotine. La hauteur et l’espace entre les deux pourront aussi être modifiés. Il est vrai, que si vous savez se que vous voulez, cinq minutes et c’est fini, mais ça vaut le coup de tester différentes combinaisons vous pourriez être surpris. Troisièmement, le corps (eh ! les seins c’est aussi le corps gros naze. Euh… joker). Comparé au deux précédant, le choix est moindre c’est vrai, la taille la couleur de peau et le bronzage peuvent être changé, mais on regrettera de ne pouvoir toucher aux fesses ou encore a la musculature.
Ensuite passons a l’habillage, la encore si le style de Orihime Inoue (bleach), Maya Natsume (tenjou Tenge) ou encore Ivy (Soucalibur) est votre style rien ne vous empêche de recréé leurs costumes. Si vous maitriser les texture sous Photoshop cela sera simple,  dans le cas contraire google est votre ami. Et oui le choix vestimentaire et varié il est vrai, mais pas au point de pouvoir recréer n’importe quel personnage de manga ou jeux vidéo. Néanmoins plusieurs sites, dont illusion, propose une database de création vestimentaire amateur ou pro (cf. Guide).
Et pour finir sur la customisation, les traits de caractère, il y en a 30 au total, cela passe par : toujours faim, jusqu'à : Passe beaucoup de temps dans la salle de bain. Ces choix ne sont pas anodins, car chaque trait influe sur beaucoup de choses (cf. Guide) . Le caractère ne se fait pas qu’avec des choix standard (nerveuse, timide…etc.) cela passe aussi pas la tonalité de la voix (11 au total). Une voix « d’enfant » se caractérise plus par une fille peu mature ou maladroite, alors que les voix plus graves, la maturité. Deux screenshot disponible (un pour les trait, et un pour la custom physique: les yeux):

 
 
Dans un dernier temps, le gameplay. AG3 se joue à la façon d’un FPS (ZQSD pour les déplacements) a la première ou troisième personne (pauvre deuxième). Le décor comme votre avatar sont désactivable, c’est-à-dire qu’ils peuvent disparaitre en appuyant sur une touche (Magiiiiiiiiiiiiiie!), les trois cliques de la souris plus le scroll sont utilisées pour différentes action (clique gauche interaction objet/ s’assoir, par exemple). Donc un gameplay simple au premier abord, mais ne vous y fier pas, car votre position par rapport a la dulcinée (devant/dernière/coté), votre choix de clique et l’attitude de cette dernière envers vous peuvent donner différentes scènes (cf. Guide).  Lors des scènes un peut plus « mature » ont change que très peut, les trois cliques plus le scroll sont utilisé sauf Z, Q, S et D qui ne font rien, et votre curseur qui change d’icône selon la partie du corps sélectionner.  J’ai, par contre, un petit pincement, car l’impossibilité d’être à la première personne lors des scènes H m’a manqué depuis 3DSV2.

En conclusion un jeu avec un potentiel énorme et fort sympathique malgré ses quelques défauts.

                  

PS: Si quelques points ou détails m'ont échappé n'hésitez pas poster un commentaire, je les rajouterais si nécessaire.

Retour critiques

Commenter cet article